Mon frigo et moi, quelle galère !

Mon frigo et moi, quelle galère !
Mon frigo et moi, quelle galère !

Saviez-vous qu’un réfrigérateur ne se range pas n’importe comment pour garantir la qualité nutritionnelle d’un produit frais ainsi que toutes ses propriétés organoleptiques ?

Votre frigo est composé de différentes zones de froid déterminant l’emplacement de chaque type d’aliments.

Désormais, soyez vigilant en revenant des courses, de bien ranger vos aliments aux bons endroits afin de les conserver plus longtemps et en bon état !

 

*****

Il n’est pas si vieux !

Ce n’est qu’en 1858 que le Français Charles Tellier crée la première machine frigorifique à circulation de gaz ammoniac liquéfié, permettant la production de froid à usage aussi bien domestique qu’industriel.

En 1876, c’est l’allemand Carl von Linde qui invente le réfrigérateur domestique tel que nous le connaissons aujourd’hui et utilisons.

Une des premières utilisations de la réfrigération domestique a eu lieu au domaine de Biltmore à Asheville (Caroline du Nord), aux États-Unis, autour de 1895.

Le réfrigérateur à absorption de gaz, qui se refroidit par l’utilisation d’une source de chaleur, a été inventé en Suède par Baltzar von Platen et Carl Munters en 1922, alors qu’ils étaient tous deux étudiants à l’Institut royal de technologie de Stockholm.

Leur invention permet de produire du froid à partir d’une source d’énergie telle que le propane, l’électricité ou le kérosène.

En 1923, la production de leur réfrigérateur à usage domestique commence par l’intermédiaire de la société AB Arctic.

En 1925, AB Arctic est achetée par Servel (unité d’Electrolux), qui commercialise ses produits dans le monde entier, notamment aux États-Unis où elle dépose le brevet d’invention le . Servel est pendant de nombreuses années le seul producteur de ce réfrigérateur aux États-Unis.

Source Wikipédia.

***

Un rangement rigoureux !

Voici le “bon” rangement de votre frigo en fonction des différentes zones de températures.

 

frigo

***

De l’efficacité sans demi-mesure

  • Votre rapidité

Quand vous déballez vos courses, vous devez en priorité ranger vos surgelés et ensuite les produits frais.

Vous ne devez pas rompre la chaîne de froid entre le magasin et votre réfrigérateur afin de ne pas altérer la qualité de vos produits. C’est pour cela qu’il faut vous équiper d’une glacière avec des pains de glace aussi bien en été qu’en hiver pour le transport des produits réfrigérés.

En effet, le moindre changement brutal de température en positif peut provoquer la prolifération de bactéries pathogènes pouvant être responsables de diarrhée comme de T.I.A. (Toxi-infection Alimentaire).

Votre rapidité sera un atout dans la bonne conservation de vos aliments.

  • Sélection des informations

Vous le savez probablement mais les emballages et notamment le carton transportent beaucoup de bactéries, de poussières et de germes en tout genre (pathogènes ou non) !

C’est pour cela qu’il est fortement recommandé d’ôter les emballages de vos produits frais.

Ôter ne veut pas dire “jeter” !

Vous allez comprendre pourquoi car nous devons impérativement retrouver sur les emballages des informations qui peuvent être d’une grande importance dans le cas d’une Toxi-Infection Alimentaire Collective :

*** Les mentions obligatoires

  • La dénomination de vente
  • La liste des ingrédients
  • La quantité nette
  • La date de consommation
  • Le lot de fabrication
  • Les coordonnées du responsable
  • La mention “frais”

 

*** Les mentions obligatoires dans certains cas

  • Estampille vétérinaire ou marque de salubrité
  • Degré alcoolique
  • Lieu d’origine
  • Mode d’emploi (ou conseil d’utilisation)

***

La dénomination de vente

C’est la description du produit. Elle indique la nature de l’aliment emballé et le traitement subi par l’aliment (déshydraté, surgelé, fumé, stérilisé etc..).

Elle doit être la plus précise possible.

Exemple :

  • Haricots verts extra-fins surgelés ;
  • Lait entier pasteurisé.

La mention de la marque permet au fabricant de personnaliser son produit et de le protéger des contrefaçons. Cependant elle n’est pas obligatoire.

***

La liste des ingrédients

Ce sont tous les composants qui entrent dans la fabrication du produit alimentaire, y compris les épices et les additifs.

La liste commence par l’ingrédient qui représente le poids le plus important et continue ainsi en ordre décroissant.

Lorsque la liste mentionne un ingrédient complexe, lui-même composé de plusieurs ingrédients (par exemple “sauce béchamel”), il faut ajouter ensuite sa composition, sauf pour certains ingrédients complexes qui ont une dénomination réglementaire (ex : margarine, ketchup), lorsqu’ils représentent moins de 25 % du produit fini.

Les additifs sont classés par catégories et désignés par leur nom ou par leur code Européen qui commence par la lettre E suivie de 3 chiffres.

  • Les colorants sont classés entre E100 et E199 ;
  • les conservateurs entre E200 et E299,
  • les antioxygènes entre E300 et E399.

additifs alimentaires

***

La quantité nette

Elle indique la mesure de la partie consommable du produit (par exemple le poids égoutté pour les conserves de fruits).

Elle est indiquée en grammes (g) ou en litres ou millilitres (l ou ml) pour les liquides et pour les glaces.

Elle n’est pas obligatoire si elle est inférieure à 5 g (sauf pour les épices) ou à 20 g pour les confiseries.

***

La date de consommation

Elle indique la période pendant laquelle le produit conserve ses propriété spécifiques.

Sous la responsabilité du fabricant, elle est fixée par arrêté pour certains produits (lait, œufs, certaines charcuteries…).

Il existe 2 “types” de date de consommation :

  • La Date Limite de Consommation (DLC)  : “à consommer jusqu’au… (jour, mois)“.

Elle apparaît sur les denrées périssables dont la consommation après la date indiquée représente un danger pour la santé.

Après cette date, l’aliment ne peut plus être vendu.

Pour les oeufs, par exemple, la DLC est fixée à 28 jours après la ponte.

 

  • La Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO)  : “à consommer de préférence avant le… (jour, mois, année)“, ou “à consommer de préférence avant fin…(mois, année ou année)”.

Cette date indique le délai au-delà duquel les qualités gustatives ou nutritionnelles de l’aliment risquent de s’altérer. Le produit est toujours consommable mais risque d’être moins bon.

dlc dluo

 

bon_savoirPour les produits dont la durabilité est supérieure à 18 mois, on indique uniquement l’année.

Pour les produits dont la durabilité est comprise entre 3 et 18 mois, on indique le mois et l’année.

Pour les produits dont la durabilité est inférieure à 3 mois, on indique le jour et le mois uniquement.

***

Le lot de fabrication

L’indication du lot de fabrication permet de regrouper un ensemble de produits alimentaires afin de faciliter leur identification en cas de défaut, de contamination, de réclamation…(c’est exemple du lot de pots de rillettes incriminé en cas de listériose…).

Ce numéro définit une unité de temps, de lieu, de processus de fabrication et de produit, selon un système établi par le fabricant.

Lorsque la D.L.C. (date limite de consommation) ou la D.L.U.O. (date limite d’utilisation optimale) comprennent au moins une indication de jour ou de mois, elle peut être utilisée comme indication du lot.

***

Les coordonnées du responsable

Ce sont le nom et l’adresse du fabricant ou du conditionneur ou encore d’un distributeur ou d’un importateur situé dans l’Union Européenne.

S’y ajoutent parfois les coordonnées d’un emballeur mentionné sous la forme “emb.” suivie d’un code ou d’une adresse, et qui sert aux services de contrôle.

***

La mention “frais”

Depuis 1990, le terme “frais” ne peut être employé que si le produit a été fabriqué depuis moins de 30 jours, qu’il est aussi bon que lors de sa production et qu’il ne peut pas être conservé autrement que par réfrigération ou pasteurisation (sans conservateur).

Les superlatifs accompagnant le terme “frais” ne sont que des allégations nutritionnelles à caractère commercial, sauf pour les œufs qui peuvent bénéficier de la mention “extra-frais” qui signifie que la date de ponte ne remonte pas à plus de 9 jours.

Je vous recommande de lire l’article sur l’œuf. Cliquer ICI.

20

***

Estampille vétérinaire ou marque de salubrité

C’est la preuve du contrôle des services vétérinaires du Ministère de l’Agriculture. Elle est obligatoire pour les produits d’origine animale (viandes, charcuteries, lait, oeufs, poissons, crustacés…).

***

Degré alcoolique

Il est obligatoire lorsqu’il est supérieur à 1,2 % d’alcool en volume.

***

Lieu d’origine

Mention obligatoire en cas de confusion possible.

***

Mode d’emploi (ou conseil d’utilisation)

Lorsque c’est nécessaire, il doit être indiqué de façon claire et lisible afin de permettre un usage approprié du produit.

***

Point verteco

Il atteste que le fabricant participe à un programme de subvention de collecte sélective et de tri de déchets d’emballage en vue de recyclage (Eco-emballage).

***

Code Barre

Les petites étiquettes zébrées apposées sur les emballages des produits (à ne pas confondre avec les indications chiffrées permettant de retrouver le lot de fabrication) sont nécessaires à la lecture optique des achats dans les magasins.

 

En France, les 2 premiers chiffres indiquent le pays où le produit a été fabriqué (30 à 37 pour la France).

Les 5 suivants désignent le code du fabricant ou du distributeur.

Puis les 5 autres chiffres identifient le produit.

Le dernier est une clé de contrôle.

 

code barre

***

L’étiquetage nutritionnel

L’étiquetage nutritionnel concerne toutes les informations apparaissant sur l’étiquette et relatives à la valeur énergétique et aux nutriments suivants :

  • protéines,
  • glucides,
  • lipides,
  • fibres alimentaires,
  • sodium,
  • vitamines et sels minéraux.

 

Le décret français 93-1130 du 27/9/93 et son arrêté d’application du 03/12/93, traduisant une directive européenne, fixent les règles de l’étiquetage nutritionnel.

*****

 

Vous comprenez maintenant pourquoi on peut enlever l’emballage

mais pas le jeter immédiatement !

 

 

Laisser un commentaire